Le gars des p’tits bonhommes allumette, un parking et un bisou

La semaine dernière, j’ai rencontré Jacques Martel, Monsieur Bonhommes Allumettes himself.

C’est ça les petits bonhommes allumettes :

Résultat de recherche d'images pour "les ptits bonhommes allumettes"

En gros, ça sert à évacuer les émotions négatives, couper les liens toxiques. C’est un outil que j’utilise pour moi et que j’ai beaucoup fait utiliser. Bref. Sur un coup de tête, après avoir vu qu’il faisait une signature de ses ouvrages à côté de Lille, j’ai pris ma C3 verte et j’ai roulé l’heure qui me séparait de la ville improbable où se tenait la boutique ésotérique qui le recevait.

Je suis entrée. Je l’ai vu. J’ai regardé les gens. Je me suis demandée ce que je faisais là à venir voir Jacques Martel pour une signature de bouquin. Surtout qu’à première vue, il mettait une distance nette avec les gens. C’est tout à fait normal mais la distance provoque chez moi un sentiment de rejet. Ca va bien, je vis très bien avec.

Alors j’ai acheté un bouquin de lui un peu au hasard (tu parles !). Et je me suis mise dans la file pas très nombreuse (la boutique n’a pas dû faire son boulot de com totalement. Et ça devait aller à tout de monde comme ça. C’est souvent fatigant le monde quand on est hypersensible.)

Bref. Plus qu’une personne devant moi. Je regarde la dame assise à côté de lui. Je l’avais repéré comme auteure de la préface. Alors je lui demande s’il elle accepterait de signer le livre. Elle regarde Jacques Martel. Il la regarde. Il me regarde. Elle me regarde. Il fait signe que oui. Elle me dit « votre prénom ? ». Elle écrit sa phrase. « Merci », je dis. Elle me sourit. Elle pose le bouquin à coté de Jacques en insistant bien sur mon prénom.

A son tour. Il me regarde. Mais ne garde pas le contact visuel. Il paraphe. Il me dit « voilà ma belle ». Merci. Je remballe mon bouquin. Putain, qu’est-ce que je suis venue faire ici ? A part répondre à un besoin cromagnonesque de groupie que je ne suis pas mais que j’aime bien les lumières quand même ?

Je sors de la boutique. Je ne vais pas m’être tapée une heure de route pour ça ? Allez ! Va boire un café ma fille. Tes idées sont toujours plus claires après (procraféïner, vous connaissez ?) je regarde autour de moi ; le néant. Qu’est-ce que je suis venue faire ici ? Même pas un troquet !

Résultat de recherche d'images pour "café"

Je me trouve une boulangerie dont la boulangère a l’amabilité de me servir un café à la cafetière de la cuisine. Pis je me pose tout drue. Je lis les grifouilles des auteurs ( Jacques : . Claire : ). Convenues mais en fait très juste. Je me dis qu’un jour j’aimerais bien arrêter de porter des jugements sur tout et rien.

Et juste prendre ce qui est comme c’est. Note pour plus tard.

Je regarde les gamins qui viennent commander leur sandwich complet fait à la demande. Puis ils repartent avec leur déjeuner. Au bout d’une bonne trentaine de minutes, je me lève, remercie pour le café qui était vraiment bon puis direction ma C3 verte qui m’attend sur le parking.

Pis vla t’y pas qui je vois à côté de ma C3 verte qui m’attend sur le parking ? Mister Martel (et sa comparse fort discrète) !

Sérieusement ?

Il range ses affaires dans une voiture garée à côté de ma C3 verte.

Alors je vais à ma voiture. Et fais un pas vers lui et sa comparse.

« Je voulais juste vous dire que j’espère que vous passez un bon séjour en France. » Putain ! On est fière de la France et de l’accueil qu’elle réserve ou on ne l’est pas. Evidemment, il y a du second degré là, hein.

N’empêche, ce qui m’importe, on dirait quelque part, c’est que les gens soient bien là où ils sont. Et surtout quand ils sont en France bordel !

Il me regarde dans les yeux. Et garde le contact visuel. Il me sourit. Il me claque une bise sur la joue. « Merci » qu’il me dit toujours en souriant.

Et tout le monde monte dans sa voiture.

Suis-je venue ici pour augmenter ma collection de bisous sur la joue ? Oui ? qui peut se targuer d’avoir eu la bise de Ben Harper, Lynsha, Demis Roussos et maintenant Jacques Martel ? Sans jamais le demander en plus !

Alors, j’ai ouvert un peu plus mes oreilles à ce qu’on y soufflait depuis que j’avais vu l’annonce de la venue de Jacques Martel dans cette petite boutique à côté de Lille : tu viens goûter à quoi ressemblera ce que tu vas faire sous peu (comme la fois où j’avais embarqué mon meilleur ami pour aller voir une auteure fort connue des adolescents et qui avait organisé un show signature de livre dans je ne sais plus quelle FNAC de Paris.)

Ok. Soit. C’est cool.

Pour découvrir les petits bonhommes allumettes :

Rentrez dans l'intimité d'Angélique
Rejoignez GRATUITEMENT L'inévitable Rendez-Vous et recevez les guidances d'Angélique.
Vos coordonnées sont précieuses. Elles ne sont ni louées ni revendues. Je les garde uniquement pour moi pour vous envoyer du bon, du doux et du questionnant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *